Partagez | 
 

 [Septembre] Un premier banquet [ Ouvert à tous ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
PNJ

Je suis tout ce qui est, tout ce qui était et tout ce qui sera...
avatar

Nombre de messages : 11


MessageSujet: [Septembre] Un premier banquet [ Ouvert à tous ]   Mer 8 Juil - 21:46

Une nouvelle année scolaire commençait déjà, après ce qui fut pour certains un interminable été. D'abord par tous ces meurtres, toutes ces disparitions qui s'étaient produites durant la saison, à un point tel que à présent, on ne se préoccupait guère des noms de ceux qui étaient morts durant la journée mais bien du nombre d'entre-eux, tant cela paraissait presque anodin. Il ne faisait plus aucun doute pour ceux qui auraient pu en avoir encore que les mangemorts ainsi que la plupart des forces du mal étaient revenues en force après un long sommeil, et que cette fois-ci, il n'y avait pas d'Harry Potter, d'Albus Dumbledore ou d'un quelconque autre bienfaiteur héroïque du genre pour mettre fin à ce soudain et incontrôlable contrôle du monde magique par le mal. Le mal, on n'avait pas besoin de le supposer à présent, portait bien un nom, les mangemorts. Le chef ? Les soupçons convergeaient vers cette mystérieuse femme, directrice-adjointe de Poudlard auparavent, disait-on, arrêtée et mise sous les verrous à Azkaban, mais qui pourtant, n'y était plus. Toute cette affaire paraissait floue pour le grand public, bien des questions leur restaient sans réponses, encore d'autres éléments justifiant les vagues de panique au sein de la population, où l'on murmurait de rester enfermés à double-tour chez soi, ou bien si l'on en avait la chance, de partir au loin, le plus loin possible de Londres, véritable carrefour de la mort et de la désolation. Évidemment, personne ne pouvait bien dire pour quelle raison les mangemorts s'étaient de nouveau rassemblés, puisqu'au fond, on ne savait pas qui ils étaient. Peut-être des gens du ministère, peut-être le voisin, l'ami, le parent ? Le professeur, se disaient même certains, pour qui Poudlard n'était plus qu'un très pâlet reflet de ce qu'il avait été à son apogée, quelque sciècles plus tôt. On s'était rendu compte que l'épidémie de crimes avait commencée là-bas, vue le nombre alarmant d'étudiants portés disparus, ou plus simplement tués durant leur séjour dans cet établissement. La meurtrière soupçonnée de ces crimes évadée d'Azkaban était également professeur dans cet établissement, ce qui me pouvait signifier qu'une chose aux yeux de certains ; qu'ils y en avait d'autres qui rôdaient autour. Pour ces gens, l'évidence était de ne plus envoyer leur progéniture en ce lieu, garder la marmaille chez soi ou l'expédier à une autre école de sorcellerie à meilleure réputation, comme Beaux-Bâtons ou bien Durmstrang, qui n'avaient guère signalés de meurtres horribles, elles. L'affluence d'étudiants à Poudlard avait donc chutée radicalement, si bien qu'il était devenu ardu pour la direction de laisser les portes ouvertes cette année, mais ils s'en étaient tiré, et l'année scolaire pouvait commencer.

Bien sûr, certains étudiants étaient plutôt nerveux de se retrouver une fois de plus, ou pour la première fois pour certains, entre ces murs qui avaient laissé courir tant de bruit à l'extérieur, mais bon, il fallait voir les choses du bon côté et être prudent, et tout irait bien, maman l'avait dit. Les plus futés avaient bien évidemnment remarqué les angoissantes places encore disponibles à chacunes des grandes tables, mais leurs yeux furent rapidement captivés par la beauté de la décoration des banquets, encore vides il fallait le rappeller, à leur arrivée dans la grande salle. De splendides statuettes ornaient toutes les tables, à l'effigie des quatres maisons, l'aigle, le lion, le serpent et le blaireau, dans une substance qui rappellait la glace, mais qui n'en était pas vraiment en fait, puisque ces statues bougeaient légèrement lorsque on les touchaient, comme si elles étaient molles, ce qui ravit les plus jeunes et fit sourire les plus grands. L'apparence de la salle semblait avoir été quelque peu restaurée durant l'été, pour cacher les taches de sang, disaient les plus paranoïaques. Les chandeliers flottant en l'air immobiles paraissaient comme plus blancs, plus purs, les chaises plus confortables et plus belles, un coussin rehaussé des armoiries de la maison était fixé à chacunes des chaises de la salle. Les fenêtres avaient été pourvues de magnifiques rideaux bien neufs, les fenêtres soigneusement astiquées, le plancher semblait comme huilé tant il resplendissait à la lumière des chandelles.

Les arrivants s'asseyèrent tour à tour, bavardèrent gentiment avec leurs camarades, la plupart pour se défaire du terrible noeu qu'ils avaient au ventre, comme l'impression que tout allait de pire en pire en ce monde maudit. Ils observèrent les professeurs assis à leur table, en scrutèrent méchamment certains et en faisant des commentaires sur la tenue vestimentaire de quelques uns, parfois même en souriant et en saluant certains qu'ils portaient dans leur coeur. Évidemment, leurs parents les avaient mis en garde contre certains d'entre eux qu'ils avaient aperçu dans les journaux, et qu'un seul coup d'oeil leur avait suffit pour décréter «Ne t'approche pas de celui-là, ce n'est qu'un biscournouille de sale oiseau !». Mais chaque étudiant y allait de ces suppositions personnelles, celle-là est méchante mais pas elle, et au fond c'était bien puisque ça les aidaient à développer leur vigilance et leur prudence.
Tous savaient que le mal rôdait quelque part, tout près.

Après un certain temps, les fantômes traversèrent les murs et vinrent les rencontrer de façon enjouée, en enlevant leurs têtes ou en les extasiant devant la terrible histoire de leur mort. Cela détendit les restes de l'atmosphère sinistre qu'ils traînaient avec eux depuis le départ de leur logis familial. Plusieurs s'étaient dit que c'était peut-être la dernière fois qu'ils voyaient leurs parents.

Puis, les fantômes se retirèrent comme eux seuls savent le faire et les grandes portes de la salle s'ouvrirent en grinçant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jake Ryan

Cinquième année
avatar

Nombre de messages : 20

Feuille de personnage
Année/Métier: 5 eme
Animal domestique: hboux
Pensée du moment:


MessageSujet: Re: [Septembre] Un premier banquet [ Ouvert à tous ]   Jeu 9 Juil - 21:31

Les temps était sombre….enfin chaque jour pour Jake était une épreuve et une terrible douleur qu’il devait vivre encore et encore, depuis la mort tragique de sa mère, Jake ne vivait presque aucun moment heureux et pourtant il avait tout pour lui rendre le sourire, il y avait son copain Justin, ses frères et sœur et son père qui fessait de son possible pour faire oublier la douleur a ses enfants, mais pourtant il n’y arrivait pas avec Jake, celui-ci avait beaucoup été touchez par la mort de sa mère, il ignorais qui avait fait cela et il voulais la venger.

Mais bon, l’année recommençais et les élèves de Gryffondor partais tous à la grande salle, alors Jake se leva de son lit, puis il marcha en direction de la salle commune des Gryffondor, une fois en-bas il retrouva quelque amis qu’il n’avais revue depuis l’année précédente, alors il se mit en route pour la grande salle avec ses amis, puis une fois devant les portes, tout les élèves de Poudlard se mirent devant et attendirent que celle-ci s’ouvrent et les laissent entré.

Puis après quelque seconde d’attente les portes firent un grand grincement en s’ouvrant, alors les jeunes élèves purent enfin faire leur entré dans la salle ou était situé quatre longue table pour chaque maison et une autre en avant pour les enseignant, alors Jake alla à la table des Gryffondor et il regarda partout autour de lui, cherchant quelqu’un du regard et pour lui cette personne n’était pas n’importe le quelle, c’était Justin sont petit copain, mais il ne voyait nulle part, peut être était-il malade et il ne pouvais pas venir, Jake ne se posa pas plus de question pour ne pas s’inquiété a se sujet, car sinon il savait qu’il voudrais partir pour allez le retrouvé, mais il ne voulais pas non plus manquer le discoure de rentré de tout les professeur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mstislav Piotr Emmerich

Mysterious Potions Expert
avatar

Nombre de messages : 159
Humeur : Je suis rouillé --'

Feuille de personnage
Année/Métier: 23 ans/Professeur de potions
Animal domestique: Sigmund, son fléreur
Pensée du moment:


MessageSujet: Re: [Septembre] Un premier banquet [ Ouvert à tous ]   Ven 10 Juil - 20:53

Mstislav Piotr avait pris sa décision vers le milieu de l'été. Il avait contacté le directeur de l'école, Fabius Warrington, qu'il savait travaillant comme auror au ministère de la magie. Il lui avait dit son désir à être le prochain professeur de potion, il avait apprit la tragédie qui était arrivé à l'ancienne. Il fit son possible pour avoir l'air un peu compatissant & essayé d'avoir l'air un peu intéressé par les enfants. Soit il était un meilleur acteur qu'il le croyait ou soit il recherchait vraiment d'urgence quelqu'un pour remplir le poste, car il fut engagé tout de suite après l'entrevue. Bien entendu, il dû répondre à des questions comme; Qu'elle était son expérience en potion? Pourquoi il avait les compétence requises pour le poste? Avait-il de l'expérience comme professeur? Que faisait-il en ce moment? Croyait-il être capable de donner des cours? & plusieurs autres questions. Une entrevue pour avoir un emploi quoi. La question qui le fit le plus rire ce fut celle: Avez-vous un passé criminel? Il répondit non, que rien n'était écrit à son dossier. Ce qui était vrai, ce n'était pas important de mentionner que la mort de ses parents étaient sa faute. Pas nécessaire du tout... Cela lui aurait valu son poste. Donc, j'en étais au fait qu'il s'est fait engagé. Durant le reste de l'été, il s'était préparé pour donner des cours, apprendre à des minables à faire des potions ne seraient pas tâche facile. On lui envoya quelques documents pour lui dire ce qui était demandé au B.U.S.E. & au A.S.P.I.C. Il fut occupé durant quelques jours, ce qui l'arrangea, mais il avait de longues périodes qui avaient été d'un profond ennuie. Il avait hâte, enfin hâte était un grand mot, à la première journée, il n'avait jamais vu Poudlard de ses propres yeux, il voulait savoir s'il était aussi majestueux qu'on le prétendait. Il arriva à l'heure, ni en retard, ni d'avance. Il eu seulement le temps de se promener un tout petit peu pour explorer les environs. Jusqu'à date rien de bien impressionnant. Beaucoup de tableaux, des escaliers qui bougent, des armures, rien d'impression pour le moment. Un vieux château restauré comme il en avait vu des milliers d'autres. Son premier micro-sourire fut quand il rentra dans la grande salle. Il devait admettre que le plafond magique avait un certain panache, mais sans plus. Il l'observa durant quelques secondes, puis se dirigeant vers sa place observa la salle dans son intégrité. Il y avait plusieurs chaises vides & bien plus que seulement pour les nouveaux qui arrivaient. Avec toutes les disparitions, ils pouvaient comprendre que bien des parents décident de transférer leur enfants. En fait, pouvait-il vraiment le comprendre? Il n'avait pas d'enfant, il ne pouvait pas savoir ce que c'était de voir des bébés grandirent, les envoyer à l'école & l'effet que ça doit faire à un parent de perdre la chair de sa chair. En contre-partie, il se demandait qu'est-ce que ça faisait aux parents de se faire tuer par leur précieux. Un vague sourire vint sur ses lèvres. Il regarda la table des professeurs, il visualisa dans sa tête le plan que Fabius lui avait envoyé pour qu'il sache où s'installer. Il était à côté de Naomie Bellevédaire, celle à la gauche du directeur. Il se dirigea vers la blondinette & pris place à ses côté, par politesse, il la salua d'un signe de tête. Ses yeux retourna vers la salle. Il allait devoir, lui Mstislav Piotr Emmerich, enseigner à ses morveux, parce que jusqu'à preuve du contraire c'était ce qu'ils étaient. C'était tout de même drôle de voir toutes ses différences entre les étudiants. Certains étaient extravertie à souhait, d'autres figés comme des statues, en était-ce? Non, il vit cligner des yeux. Il espérait que la majorité des étudiants ne seraient pas comme ça, il a une limite dans la tranquillité. Une cigarette, il avait besoin d'une cigarette. Il regarda autour de lui, personne ne fumait. Il n'avait probablement pas le droit de fumer à l'intérieur avec tous les étudiants. Il n'avait pas pensé à le demander. Il devra attendre la fin du banquet. Il n'espérait que se soit pas trop long. La répartition des élèves, ça risquait d'être long en partant, puis le discours du directeur, il espérait qu'il ne se ferait pas présenter, ensuite le souper. Il était conscient qu'il serait malpoli de se dépêcher de manger & de partir à l'extérieur. Il retient un soupir, mais un effleurement rassurant se fit sentir. Sigmund était de retour de son tour de l'école. Son fléreur se coucha sur les pieds de son maître. Sa présence le descendit. Il ne devait pas s'énerver juste par un vulgaire manque de nicotine. Rester calme & détendu. Afficher un air neutre. Le regard froid. Voilà qui était mieux. Il n'avait qu'à se concentrer sur la soirée. Ça ne pouvait pas être aussi ennuyant que s'en avait l'air, si? Si c'était le cas, ça serait bien le comble de l'ennui.

¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Naomie Bellevédaire

« En toute chose, c'est la fin qui est essentiel.» Aristote
avatar

Féminin
Nombre de messages : 509
Age : 24
Localisation : Québec Powah
Emploi/loisirs : Nowhere de la vie :D
Humeur : Bah... Grincheuse et heureuse

Feuille de personnage
Année/Métier: 22 ans
Animal domestique: Jack, un gros minou
Pensée du moment:


MessageSujet: Re: [Septembre] Un premier banquet [ Ouvert à tous ]   Ven 10 Juil - 21:54

C'était un long et ennuyant été pour la jeune femme de maintenant 22 ans. Pour prendre un peu de repos, elle avait décidé d'aller rendre visite à sa mère dans le monde moldu avec son chat. Il était très bien là-bas, avec les autres animaux. Surprenant, ils s’entendaient tout très bien. Et comme à son habitude, sa mère lui avait ''forcé'' à tout dire sur son année à Poudlard et sur son travail d’auror, elle évita bien sûr de parler de Chris, ce n'était pas le moment de lui parler de ses amours, sinon sa mère allait l'énerver durant tous ses vacances avec ce sujet. C'est seulement vers la fin qu'elle avait décidé de retourner dans son manoir avec l’excuse qu’il fallait qu’elle commence à préparer ses cours pour l’année scolaire qui s’approchait à grand pas... C'était simple, un peu de sors pour la défense ici et là, puis ensuite de l'offensive un peu plus tard avec à la fin, encore de la défense. Avec le mal qui rôdait maintenant, il fallait garder les élèves éduqués, même le ministère était d'accord avec ses décisions sur l'apprentissage des sors plus complexe aux élèves pour qu'il puisse être capable de se défendre au cas où ça serait nécessaire. Malheureusement, elle n'aimait pas ça, préparé à des jeunes au pire, tout le monde qu’on ne pouvait pas l’éviter, lorsqu’il n’avait même pas encore l’âge adulte. Des frissons parcourraient rapidement sa peau chaque fois qu'elle pensait à ses ça. Non, elle n'avait pas peur pour sa propre peau, mais bien pour les petits qui ne savaient pas quoi faire lorsque le danger leur faisait face, même qu’il ne savait même pas le reconnaître. Et donc, pour le restant de son été, elle n'avait que préparer ses cours tout en restant en dedans de sa maison sans sortir, elle n'avait pas le gout de sortir et de rendre visite à des gens, Naomie aimait la chaleur de son manoir et ne cherchait pas interrompre se bien-être, même pour aller voir Chris, qui elle n'avait pas vue depuis la fin de l'année scolaire. Elle ignorait s'il était parti faire plusieurs voyages ou autre chose, mais elle aimait, pour le moment, cette distance. Hélas, elle savait que lorsqu’elle l'apercevra au banquet, elle lui sauterait dessus... Malheureusement, elle ne pouvait pas, elle préférait que les élèves ignorent la relation entre son amour et elle. Cependant, avec le plan que Fabius lui avait envoyé pour les placements du banquet, elle n'allait pas être près de lui... L'auror s'abstenu dis réfléchir le restant de la semaine, se disant que c'était mieux si elle n'y pensait plus pour ne pas se torturer avec l'idée d'être loin de lui... Quelque temps après, c'était le grand moment, le retour de classes, le début d'une nouvelle année et surtout, de nouvelle rencontre. Fabius lui avait prévenue du fait qu'il allait y avoir un nouveau professeur. Elle avait même personnellement regardé s'il avait un passé criminel et rien n'est apparut. Au moins, elle avait un sain d'esprit comme collègue. Reste qu'elle devait l'endurer tout le long du banquet. Comme à l'habitude, elle se dirigea vers le côté gauche de Fabius pour s'asseoir peu après lui. Prenant de grandes respirations, elle se dressa droit, jouant après le collier que Chris lui avait offert l'autre nuit... Un petit coup d'œil lui montra qu'il était très bien là, à côté de Mandragora, comme l'année dernière. Elle retenu son soupire, craignant que le monde apercevrait cette petite jalousie, elle ne pouvait quand même pas le montrer en public... Mais il était si loin d'elle. Fermant ses yeux, elle déposa ses mains sur ses genoux et écouta les grandes portes ouvrirent tout en se retournant vers l'avant, peu après, on pouvait voir les petits s'approcher de plus en plus vers les professeurs avec un regard d'émerveillement et de crainte. Pauvres eux qui ignoraient la vérité derrière toutes ses histoires paranoïaques. Si seulement, elle pourrait se lever et tous les rassurer, mais elle ne bougea pas. Doucement elle se retourna vers sa gauche pour apercevoir le nouveau professeur, bizarrement, elle ne se rappelait plus de l'avoir vu, jusqu'à ce qu'elle se souvenu qu'au début il l'avait salué... Elle devait l’avoir oublié complètement lorsqu'elle avait vu son amour... À que c'était compliqué tout ça. Tranquillement, elle porta attention à ses élèves qui étaient tout agité à sa table. Les Serdaigles. Qu'elle était fière d'avoir cette maison qui la représentait tellement. Assis sur sa chaise, elle continua d'observer les jeunes sans expression tout en jetant des coups d'œil à l'entour d'elle, comme pour s’assurer que tout était en place.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://test-halia.forumactif.org/forum.htm
Mandragora Rytüel

Mourir ce n'est rien. Commence donc par vivre. C'est moins drôle et c'est plus long.
avatar

Féminin
Nombre de messages : 884
Localisation : Là...
Humeur : Telle une gazelle gambadant dans la savane =D

Feuille de personnage
Année/Métier: Vingt-quatre ans
Animal domestique: Diablenoir, son corbeau géant
Pensée du moment:


MessageSujet: Re: [Septembre] Un premier banquet [ Ouvert à tous ]   Sam 11 Juil - 15:24

«Il faut me mettre belle aujourd'hui, c'est la rentrée», se dit Mandragora en se coiffant tout en observant son reflet dans le miroir de sa grande salle de bain. À cette pensée, une crevasse souriante déchira son visage blême et la directrice adjointe ne put s'empêcher de glousser de façon hystérique durant un quart d'heure. Ce temps passé, elle ne se rappellait plus pourquoi au juste elle riait. C'était sans importance. Elle brossa lentement ses cheveux noirs, avant de se mettre en route pour la cuisine où elle mangea distraitement quelques petits gâteaux tout en relisant pour la dix-huitième fois consécutive un chapitre de son éternel petit manuel de parfaite mage noir, trouvé alors qu'elle était toute petite dans un bois près de chez elle. Jamais elle ne s'était vraiment demandée qui avait pu écrire un truc pareil, un véritable recueil des plus ténébreuses formes de la magie noire, ni dans quelles intentions. Ce livre, c'était la chose la plus précieuse qu'elle n'avait jamais possédée, et il lui semblait clair et net en cet instant que si jamais quelqu'un osait le lui voler, qu'elle irait tuer tous les membres de la famille de cette personne sous les yeux du voleurs, puis le torturerait à l'aide de différentes techniques trouvées dans ce petit bouquin, certaines si horribles qu'elles la faisaient frisonner rien qu'en y repensant. La couverture du livre ne laissait rien présager de ce qui se cachait à l'intérieur, la couverture était en cuir noirci, comme brûlé on aurait dit, avec une petite pierre précieuse la plupart du temps blanche mais aussi parfois noire incrustée au milieu, qui semblait luiser, à intensité variable. Chaque soir de sa vie ou presque, avant de fermer les paupières et de s'endormir, elle posait sa main sur la couverture noirâtre du livre, et instantanément, un sentiment de bien-être se répandait en elle, et elle n'avait plus qu'à fermer les yeux pour faire un bon somme. Elle aimait également le consulter régulièrement, il lui semblait toujours découvrir de nouvelles choses dans ce bouquin d'une centaine de pages, divisé en une vingtaine de chapitres, de plus en plus terribles vers la fin, rédigé dans une fine calligraphie et parsemé par une infinité d'illustrations mouvantes qu'elle aimait bien contempler longuement. Ces derniers temps, elle relisait les chapitres 15 et 16, le premier intitulé ' Rendre un animal humain ' et le deuxième ' Rendre un humain animal '.

Évidemment, il ne s'agissait pas de transformer un homme en cochon ou en divers autres animaux de la basse-cour, ça aurait été beaucoup trop facile, non, il s'agissait plutôt de dominer mentalement un humain de façon à en faire son esclave personnel. L'idée d'avoir des personnes zombifiées comme serviteurs plaisait beaucoup à Mandragora, et à chaque fois qu'elle pensait à ce genre de magie noire, ses pensées étaient constamment dirigées vers Chris de Roran. Son frère.

En fait, depuis le double-meurtre de ses parents, elle ne cessait de penser à Chris. Allié ? Ou pas. Pouvait-elle lui faire confiance ? Ou pas. Durant les longues journées d'été, bien cloîtrée dans sa grande maison sombre et mystérieuse, un plan mijotait dans sa tête. L'idée lui était venue en relisant le chapitre 15, qui était absolument fascinant. Mandragora avait déjà par le passé effectué quelques uns des rituels maléfiques inscrits dans ce passage du livre sur son corbeau Diablenoir, même si elle devait s'avouer que les résultats espèrés furent plutôt décevants. En fait, il était mieux selon l'auteur de procéder à ces changements radicaux chez la nature de l'animal lorsqu'il n'était qu'un foetus ou un oeuf pour des résultats optimaux. La forme de magie pouvant rendre un animal humain, était très complexe et fortement illégale, même si, rappellait le livre, peu de sorciers s'étaient déjà fait pincer. Il ne s'agissait encore là pas de transformer un poisson en bébé humain, mais bien de rendre l'animal plus intelligent pour en faire un allié, ou bien encore simplement pour le plaisir, comme cela semblait être le cas pour l'auteur du grimoire. Son objectif final était extrèmement risqué, mais qui ne risque rien n'a rien se disait-elle. Et si cela fonctionnait elle gagnerait gros. Enfin, pour le moment elle ne pouvait pas commencer son plan, malheureusement. Mais à Poudlard, les choses étaient très différentes vu la proximité de deux choses qu'elle avait absolument besoin pour bien réussir ses manigances : un corbeau géant femelle et des potions. Les potions causaient plus de problèmes, il y avait toujours la possibilité qu'elles ne soient pas présentes dans la réserve du professeur enseignant cette matière, mais bon, elle verrait bien. Si elles n'y étaient pas elle pourrait toujours demander gentiment au nouveau professeur (facilement manipulable étant donné sa faible expérience et par le fait qu'elle était directrice-adjointe et donc pouvait lui demander de faire ses preuves par ce prétexte stupide) ou bien elle pouvait trouver un moyen de les commander par hibou ou un truc du genre, ce devait forcément être faisable. Bien sûr elle aurait pu aller chercher ses potions à Londres en commettant un vol, mais cette alternative lui plaisait peu. Elle aurait également besoin de somnifères fort rapidement, étant donné que sa réserve privée s'épuisait à toutes les nuits, pour son usage personnel. Elle n'arrivait pas à fermer l'oeil lorsqu'elle se retrouvait toute seule dans son lit depuis qu'elle avait tuée sa mère. En fait, elle était parfois prise d'une violente crise de larmes de temps à autres mais beaucoup moins depuis un certain temps. Mais d'un autre côté, il lui semblait bien que rien n'était réglé par rapport à cette histoire. Peut-être parce qu'elle avait la curieuse impression de ne pas avoir recollée les morceaux de ce qui restait d'elle-même correctement.

Soudainement, alors qu'elle se dirigeait vers les escaliers pour monter à sa chambre, il lui sembla que les contours du décor de sa demeure s'effaçaient brusquement, remplacés par une réalité brumeuse et noire, où elle se reconnu à ses appartements de Poudlard, aggripant par le collet une élève inconsciente. Sa baguette magique était collée contre la tempe de celle-ci, et un genre de filament brumeux fut retiré de la tête de l'étudiante, filament qu'elle fit lentement entrer dans un oeuf noir et bien rond. Avant de revenir dans le monde réel, elle aperçu deux autres oeufs noirs tout près du premier. La brume s'estompa à la même vitesse à laquelle elle était venue, et Mandragora sourit. Très bien.. semblaient dire ses yeux noirs. Au lieu de se diriger vers sa chambre comme elle en avait eu l'intention plus tôt, elle se dirigera vers sa cave, descendit prudemment l'escalier pourri, pour se retrouver dans une sorte de débarras poussièreux auquel elle extirpa une grande cage rouillée qu'elle rapetissa d'un sortilège habile à la taille d'une tasse de thé. Elle retourna par la suite à sa chambre la mini-cage à la main, pour l'enfoncer au fond de sa grande et belle valise quasi-pleine de tout son matériel divinatoire, de ses robes et de divers autres objets auxquels elle ajouta son éternel grimoire de magie noire ainsi que ssa boule de crystal qu'elle dénicha au salon, lorsqu'elle passa par là en tirant sa lourde valise. Juste avant de sortir à l'extérieur pour transplaner, la voyante eut un mouvement de recul brusque et inné. Elle se retourna à toute vitesse et ferma toutes les portes de sa demeure une par une avant de sortir pour de bon. À l'extérieur, elle vérouilla la porte principale et transplana, sa valise à la main. Bien sûr elle ne se souciait pas vraiment de son corbeau, ce dernier adorant plus que tout voler de ses propres ailes, un long voyage lui ferait du bien.

En un craquement sonore elle réapparut à l'endroit habituel où elle transplanait au plus profond de la forêt interdite, et entreprit de suivre le petit sentier qu'elle s'était conçue au fil de ses quatres ans d'enseignement. Bien entendu, la mangemorte ne voulait pas traîner à bouts de bras sa lourde valise pendant tout le trajet alors elle la fit flotter devant elle, à un mètre de distance d'un petit coup de baguette et se mit en route.

Il y avait bien longtemps que ce genre d'endroit ne l'effrayait plus du tout, elle pouvait se vanter de connaître aproximativement la forêt interdite comme le fond de sa poche ou presque, du moins, la partie qu'elle avait osée explorer. Bien entendu toutes sortes d'animaux dangereux rôdaient dans le coin, mais pour cette fois elle ne rencontra que quelques lapins, un couple de cerfs et trois écureuils qui ne paraissait pas particulièrement agressifs, mais elle décida tout de même de tuer l'écureuil d'un coup de baguette parce qu'il s'était mis en travers de son chemin. Elle veilla par la suite à soigneusement piétiner son cadavre puisqu'il était dans sa trajectoire. Elle n'avait pas eu le choix. Après une heure de joyeuse ballade au fin-fond de la forêt elle aperçut enfin le château, puis se retrouva dans le parc en moins de deux.

La voyante était arrivée plutôt en avance, ce qu'elle constata en poussant les lourdes portes du château, étant donné qu'il semblait n'y avoir personne dans l'établissement, hormis peut-être Fabius. Un petit sourire apparut sur son visage pâle à cette pensée, tandis qu'elle montait lentement les marches jusqu'au septième étage, où se trouvait son appartement. Elle passa les heures la séparant du banquet en défaisant sa valise, nettoyant la pièce de fond en comble, relisant quelques passages de son grimoire, lisant dans les feuilles de thé et dans sa boule de crystal les prochaines aventures qu'elle vivrait bien assez tôt. Puis, en jetant un coup d'oeil par la fenêtre, elle aperçut les premières années traverser le lac en petites barques, et elle se décida à descendres les escaliers pour les accueillir à l'entrée. Elle avait toujours trouvée ce moyen pour les impressionner terriblement pathétique, mais bon, ce n'était pas elle qui décidait. Avant de descendre les marches toutefois, elle s'arrêta devant le miroir de sa salle de bain pour examiner l'expression neutre qu'elle arborait toujours en ces circonstances, histoire de voir si cela convenait ou pas. La voyante se dit que cela était parfait ; cette bouche fermée, ce teint pâle, mais qu'il faudrait qu'elle s'entraîne un jour pour que cet éclat étrange et mystérieux cesse, pour certaines situations. Rendue au hall d'entrée, elle ouvrit toutes grandes les portes, et les attendit, dans sa robe noire en apparence très simple, mais qui au fond lui avait coûtée fort chère, c'était de la qualité. En effet, elle était dans un tissu qui paraissait comme voluptueux, qui remuait au moindre souffle d'air. Elle aimait bien cette tenue. Ils arrivèrent presque en lui sautant dans les bras, émerveillés par le château, ces sales morveux. Elle leur présenta l'école en quelques marmonnages qui parurent tout de même les époustoufler au plus haut point, puis elle se présenta elle-même en temps que directrice-adjointe et professeur de divination, ce qui fit aggrandir les yeux de plusieurs, désireux de connaître leur avenir immédiat, probablement. Elle se retint tant bien que mal de dire aux plus naïfs qu'ils allaient mourir dans d'attroces souffrances, ce qui n'était pas faux au fond, il y avait de fortes probabilités que ça arrive. Soudainement, vint le moment tant attendu, mais pas pour elle, où les portes de la grande salle s'ouvraient en grinçant et où il lui fallait traverser la grande salle sous tous les regards des jeunes abrutis. Ce qu'elle fit. La plupart la dévisageait, certains qu'elle était le mal en personne, probablement. Il fallait dire qu'ils n'avaient pas tout à fait tort en fait. Elle se hâta quelque peu à traverser la grande salle, c'était un peu gênant se faire dévisager par tous de cette manière après tout, puis la mangemorte s'empara du parchemin sur lequel figurait la liste des nouveaux élèves qui l'avait suivie, qui était placé sur un petit tabouret, à côté du choixpeau magique. Ce dernier entonna sa fameuse ritournelle pathétique, pleine d'espoir et de bonheur, truffée de rimes pourries qui la firent sourire tant s'en était pitoyable. Toutefois cette chanson en émeut plusieurs, il lui sembla même avec horreur constater que certains des idiots de la salle avait pleuré durant cet instant 'émouvant'. Elle commença ensuite à nommer chaque élève pour son assignation à l'une des quatres maisons, certains avaient des noms absolument rigolos, elle ne pu parfois retenir un petit hoquetement -en fait un rire de peine retenu-, à quelques uns d'entre eux. Les nouveaux semblaient terrifiés par le chapeau parlant, peut-être pensaient-ils qu'il dévorait les cerveaux, dans ce cas cela aurait fait bien longtemps qu'il serait mort de faim pensa-t-elle, ce qui arracha à son expression neutre habituelle un grand sourire cruel. Elle avait toujours bien aimée la façon avec laquelle elle disait les noms de la liste, un ton étrange, énigmatique qui ne laissait présager rien de bon. Un avant-goût de ce qui les attendaient à Poudlard, au fond. La liste se termina bien vite, par Zinedine Zidane, ou un nom du genre ; sans importance. Elle reposa le parchemin sur le petit tabouret et alla s'asseoir à côté de son supérieur bien-aimé, auquel elle ne pu s'empêcher d'admirer brièvement le physique avantageux, avant de se retourner discrètement vers ses autres confrères, comme son frère assis à ses côtés, ou encore cette sale peste de Naomie, ou bien ce nouveau professeur de potiond, qui semblait fort différent de ses autres collègues, même après l'avoir entr-aperçue brièvement. Elle se passa une main dans ses cheveux, l'espace d'un instant, avant d'attendre que le directeur ne se lève pour prononcer un discours probablement lui aussi tinté d'espoir et de bonheur.

¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯

Par Dradra Very Happy Mon idole Razz
¤Lorsqu’une porte du bonheur se ferme, une autre s’ouvre ; mais parfois on observe si longtemps celle qui est fermée qu’on ne voit pas celle qui vient de s’ouvrir à nous...¤



// Topics
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yann Tabascomi

Cinquième année
avatar

Féminin
Nombre de messages : 399
Age : 22
Localisation : Devant mon vieil ordi x)

Feuille de personnage
Année/Métier: 15 ans
Animal domestique:
Pensée du moment:


MessageSujet: Re: [Septembre] Un premier banquet [ Ouvert à tous ]   Mar 14 Juil - 21:40

La rentrée. Toujours un moment de déprime incroyable et de joie incontrôlée pour Yann. Toujours chacun des extrêmes avec leurs avantages et désavantages. Les murs de briques du château lui avaient apparus depuis le carosse attelé à des cheveaux qui l'avait apporté jusqu'à la l'erntré du château. Ces murs, ils lui semblaient toujours èa la fois une prison, et un endroit où il se sentait en sécurité. D'un côté, le retour èa l'école de spetembre occasionnait l'achat de nouveaux manuels. Manuels dans les quels Yann se plongeait corps et âme avant même la rentrée, tant il aimait lire ces vieux bouquins remplis d'instructions, remplis de savoir. Tout cela l’émerveillait. De découvertes et des savoirs inscrits à l’infini sur les pages d’un livre, qui n’attendait que ses yeux et sa tête afin de promouvoir et partager leur science. Yann adorait la rentrée. Car il savait que la rentrée signifiait qu’il retournerait en classe. Fini le temps où il se morfondait dans sa petite chambre de sa petite maison en plein cœur de Londres, où il ruminait ses noires pensées et s’exerçait à toutes sortes d’exercices appris dans des livres de la bibliothèeque du quartier. Maintenant il apprendrait. À lui la bibliothèque de Poudlard! Avec ses manuscrits et ses grimoires aussi intéressants que vieux. Yann aimait apprendre. Il savait qu’un jour, il deviendrait un grand sorcier. Du moins, il l’espérait. En tout cas, il ne voulait pas avoir de travails minables comme ceux de ses parents. Ou plutôt comme sa minable de mère. Puisque son père avait un travail acceptable, sûrement, seulement, il l’ignorait ça.

Mais qui dit rentrée, dit aussi orgie d’élèves qui courent dans tous les sens, des nouveaux qui pleurent parce que leurs amis sont dans d’autres maisons. Yann avait toujours détesté l’air de fête qui se répandait dans le château lors de ces soirées, de ces banquets, où tous se retrouvaient, heureux d’être à nouveau rassemblés. Cet environnement de fête le dégoûtait. Il préférait de loin le calme et la sérénité de la bibliothèque, ou d’une salle de classe. Mais il ne pouvait empêcher les sourires et les exclamations de joie autour de lui, aussi tentait-il de les ignorer. La Grande Salle était toute éclairée de chandelles qui pendaient au plafond qui était lui étoilé. Le décorum habituel quoi. Les professeurs avaient fait leur entrée. Encore une fois cette année, de nouveaux visages, et d’autres disparus. Toujours la même chose. D’autres morts, d’autres disparus, certains qui démissionnent. Parfois c’est des élèves…mais bon, on commençait à s’habituer, et, tant que ce n’était pas lui qui était tué, Yann s’en moquait pas mal. Donc voilà pour le deuxième volet de la rentrée. Adieu tranquillité.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jordanna C. Kimnie

Rêv3s t4 v!3 3n c0ul3ur, c'3st l3 s3cr3t du b0nh3ur;)
avatar

Féminin
Nombre de messages : 144
Age : 26
Localisation : Dans mon monde rose bonbon là où rien ne tourne vraiment rond, le seul endroit où les barbapapas sont rois et où Barbie fait sa loi ;)
Emploi/loisirs : Chanteuse du lycée mais amoureuse avant tout ! (oui pis étudiante un peu quand même lol) / Chant - Rap - Ecriture - Danse
Humeur : happy =D une vraie pile éléctrique

Feuille de personnage
Année/Métier: 4ème année / 14 ans
Animal domestique: Un hiboux noir avec le bout des ailes blanc, nommé Gripix
Pensée du moment:


MessageSujet: Re: [Septembre] Un premier banquet [ Ouvert à tous ]   Jeu 16 Juil - 8:58

Le moment était arrivé, il fallait y aller. Entrer dans cette salle comme tant de fois. Laisser ses habits de moldus pour revêtir ses habits de sorciers, oublier les déceptions mais aussi les bonheurs des vacances d’été et affronter une nouvelle année au sein de l’école de sorcellerie. Chaque rentrée était plus dure que la précédente. Tous autant qu’ils étaient, les élèves savaient que leurs voisins ne seraient peut-être plus là à la fin de l’année… Où qu’eux-mêmes auraient disparus. Evidemment cela signifiait aussi de nouvelles rencontres : des bonnes, mais aussi des mauvaises malheureusement.

Pour Jordanna cette nouvelle rentrée voulait aussi indiquer que de nouveaux mystères seraient à résoudre. En effet depuis l’assassinat de sa tante la jeune fille n’avait de cesse de découvrir la personne qui l’avait tuée et de lui faire payer. Elle voulait savoir qui, pourquoi, et tant d’autres choses encore. Elle s’avança dans la grande salle. L’endroit avait toujours été sublime mais cette année il paraissait encore plus somptueux. Les murs étaient tapissés de centaines de bannières aux couleurs de chaque maison, les fantômes traversaient les plafonds… et parfois les élèves…, les chandeliers flottaient… C’était comme si les horreurs de ces dernières année avaient disparus l’espace d’un instant, comme ci toute la beauté du monde s’était soudain abattue sur cette salle pendant un moment. La jeune Poufsouffle avait l’impression de vivre les bals qui s’étaient déroulé ici il y a plus de mille ans. Elle voyait s’animer devant ses yeux Harry Potter et ses amis, comme autrefois, tous ses rêves qu’elle avait faits en pensant à eux, à leur courage, dans ce décor tout paraissait possible et prendre vie. Dans ce lieu qui faisait coïncidait le passé, le présent, et le futur. Elle resta émerveillé par la décoration, tout étaient si harmonieux, c’étaient… magique oui c’est ça, magique. Ses yeux se détachèrent de tout quand son esprit se mis à réfléchir. Elle eut un regard noir vers tout ça d’un coup en pensant à tous les meurtres commis par magie. Voldemort n’aurait jamais existé sans magie. Il n’aurait pas créé les Mangemorts, êtres qui ne sont eux-mêmes rien sans magie. Ils n’auraient jamais été reformés sans magie. Sa tante serait toujours vivante sans la magie.

Mais il fallait qu’elle laisse tout ça de côté, qu’elle garde l’esprit sur ce qui est et non sur ce qui aurait pu être. Elle alla s’asseoir à la table des Poufsouffles, constatant en regardant autour d’elle que le nombre de nouveaux élèves avaient encore diminués. Comme tous les ans certains parents avaient retirés leurs enfants préférant les envoyer à Durmstrang ou Beaux-Bâtons. Plus le temps passait et plus les Serpentards avaient la supériorité numérique, à croire que Poudlard attirait maintenant ces langues de vipères. Jordanna se tourna légèrement pour assister à la répartition des 1ères années précédant le discours du Directeur.


Dernière édition par Jordanna C. Kimnie le Jeu 16 Juil - 14:23, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dradra Jedusor

Parselmouth & Death Eaters' Owner
avatar

Féminin
Nombre de messages : 2875
Age : 25
Localisation : Avec mon ordi à 2 écrans <3
Emploi/loisirs : Admin sadique, mais attachante/l'écriture <3 & la musique <3
Humeur : overdose de caféine, la vie va déjà un peu mieux

Feuille de personnage
Année/Métier: 21 ans/Médicomage
Animal domestique: Nagini, sa serpente; Cerdicus, Clemens & Casimirus, un runespoor; Edward MacGaller, le ministre de la magie et son inferius
Pensée du moment:


MessageSujet: Re: [Septembre] Un premier banquet [ Ouvert à tous ]   Jeu 16 Juil - 14:14

[Pinky, les actions doivent être en italique (;]

¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dradrahistoires.skyblog.com
Fabius Warrington

Directeur/Professeur d'histoire de la magie
avatar

Nombre de messages : 89
Localisation : Ici
Emploi/loisirs : Me faire chicaner par Dra'?
Humeur : bonne

Feuille de personnage
Année/Métier: Professeur/32 ans
Animal domestique: Un phénix nommé Keddle
Pensée du moment:


MessageSujet: Re: [Septembre] Un premier banquet [ Ouvert à tous ]   Jeu 16 Juil - 17:43

Fabius avait passé l'été à... travailler. Encore. C'était rendu sa routine interminable. Travail, travail et... encore du travail. Il n'avait jamais de vacances, car une fois son emploi de directeur terminé, il devait se retrouver dans la peau d'un auror réputé. Son niveau de stress avait atteint un niveau inimaginable. À un point qu'il se demandait comme ce faisait-il qu'il n'avait pas tout simplement pas explosé? Pourtant, il arrivait toujours à avoir ce sourire rassurant et calmer les gens qui paranoïaient le mal partout, ce qui n'était pas tout à fait faux. Il avait dû rassurer des parents qui ne voulaient pas renvoyer leur enfant à Poudlard, des professeurs qui ne voulaient pas revenir, ses collègues au bureau d'auror qui croyait que tout était fini et sans compter le nombre incessant de sorcier qui venait le voir, car ils croyaient que les mangemorts se trouvaient chez leur voisin. Si au moins la gazette pouvait moins parler et se mêler de leur affaire. On pouvait donc résumer sa merveilleuse vie en deux mots; travail et stress. Son corps n'en pouvait plus des heures de sommeil manquante. Il était loin d'être égocentrique ce Fabius, il pensait toujours aux autres avant de penser à sa propre santé. Enfin, plus l'été avançait, plus il avait hâte de revenir à Poudlard, car même si la job était stressante, il n'avait de supérieur qui l'énervait au-dessus de son épaule. Il était seul & tranquille dans son grand bureau. Il avait la paix, ce qui allait probablement aider la nervosité qui ne le quittait pas depuis des mois et des mois. Il n'y avait rien à faire, tant que le monde des sorciers seraient proche de la guerre, elle le suivrait où qu'il aille et quoi qu'il fasse. Son esprit ne serait pas en paix avant un très long moment. Il sentait que l'avenir serait sombre encore un bon moment avant que la tranquillité revienne à nouveau sur le monde. L'histoire répétait toujours les mêmes erreurs. Étant professeur d'histoire, il en savait quelque chose.

L'été dura trop longtemps à son goût, alors dès qu'il put se trouver une excuse pour aller à Poudlard, il y alla. Il arriva la veille de l'ouverture. Il avait envie d'avoir une journée de vacances dans cette année de fou. Il pensa au moldu qui n'aurait jamais accepté que quelqu'un travaille sept jours sur sept et pratiquement vingt-quatre heures par jour. Ce fut le seul sourire qui s'afficha sur ses lèvres depuis bien longtemps. Il passa sa seule journée de congé à se promener dans ce château, si vide, si tranquille, il alla aussi sur le terrain de l'école qui bientôt allait grouiller de jeunes sorciers. Il savait qu'il en aurait beaucoup moins que l'année d'avant. Tant de parents l'avaient contactés pour lui dire que leur enfants n'iraient plus jamais sur le terrain de Poudlard. C'était supposément trop dangereux. Le monde magique en entier était trop dangereux. Pour le moment, il savait que les autres écoles étaient davantage sécuritaire, pour le moment, mais le temps viendra ou qu'importe où tu allais, le mal te frôlera de sa terrible chaleur. Il soupira même en «vacances» il n'arrivait pas à se décrocher de son travail, même pas le moindrement. La journée fut plutôt calme, il remplit quelques rapports, mais beaucoup moins qu'à l'ordinaire ce qui donnait déjà un tantinet de repos à sa tête qui était surchargé.

Le jour J arriva finalement, la grande salle avait été particulièrement bien aménagé pour cette année, il espérait que les étudiants ne remarquent pas trop le nombre de places vides qui augmentaient d'année en année. Il laissa les élèves s'installer, discuter, puis la directrice-adjointe, Mandragora, arriva avec les petits nouveaux. Certains étaient terrifiés à l'idée d'avoir à mettre le choixpeau, d'autres avaient plutôt hâte, car ils avaient entendus ce que leur grand frère ou grande soeur leur avaient dit sur l'école, mais avant la répartition, le choixpeau chantait sa chanson pleine d'espoir. Ce fut un soulagement de savoir qu'elle marcha bien auprès des élèves. Pas tous, mais suffisamment pour qu'un effet de masse se fasse peut-être. Les quatre maisons allaient devoir s'unir, travailler en équipe. La répartition se passa plutôt bien. Puis, se fut à son tour de faire un discours. Il n'avait pas vraiment la tête à ça, en fait, il n'y avait pas du tout pensé. Il ferait court. Il savait que les étudiants avaient hâte de manger. Il afficha un sourire confiant, rassurant avec une touche d'humour. Il ne voulait pas inquiéter les élèves inutilement.


-Bienvenue & rebienvenue à l'école de Poudlard, nous sommes heureux de vous y accompagner. Comme vous pouvez le voir, il y a encore quelques changement dans notre personnel enseignant, soyez gentil avec eux, il serait dommage de les voir nous quitter après seulement une année, mais je sais que vous n'écoutez pas vraiment ce que je dis, alors bon festin.

Il tapa dans ses mains & les tables se remplirent de nourriture. Il se rassit & c'est dans le silence que les professeurs commencèrent à manger.

¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯

Dradra t'es un amour I love you
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Melya Robans

Sixième année
avatar

Féminin
Nombre de messages : 32

Feuille de personnage
Année/Métier: 16 ans
Animal domestique: un chat affectueux
Pensée du moment:


MessageSujet: Re: [Septembre] Un premier banquet [ Ouvert à tous ]   Ven 17 Juil - 23:35

Melya Robans avait passer l’été chez ses parents. En plus de son grand frère, Jodans et de son petit frère Alexis, elle avait reçut la visite de son cousin tant aimé. Bien sur, dès qu’elle le vit elle s’était énervée mais elle repris son calme.

Enfin, il avait pris la décision de lui pardonner. Il avait pris le temps de lui expliquer clairement pourquoi il n’avait as voulu lui parler. À cette âge là, la magie dont les jeunes pratiquait était beaucoup plus primaire que la sienne. Il avait été traumatiser par la force mentale qu’elle dégageait. Ses parents avaient sous-estimé sa capacité en pour pouvoir protéger leur fils, avaient décider de s’éloigner. Mais il était revenu et voulait partager avec elle ses expériences. Alors, durant une semaine, elle avait appris beaucoup de chose sur son cousin, comme lui, en avait appris sur elle. Le reste de ses vacances s’était passer normal.

Aujourd’hui, elle était de retour à Poudlard. Dans le grand halle d’entrée, elle était avec quelques amies qu’elle n’avait pas revus pendant tout l’été et attendait l’ouverture des grandes portes Enfin, ils auraient le droit au grand banquets de début d’année. Bien sur, pour certain élève, le retour pour l’école signifiait devoirs et travaux. Mais pour elle, ça signifiait qu’elle allait pouvoir revoir ses amis (es).

Un bruit sourd se fit entendre. Les portes de la grande salle s’ouvrirent lentement, comme si elles voulaient laisser le temps aux nouveau de contempler la beauté du château. Plusieurs avaient le regard vague, surtout les plus jeunes. L’immensité de la pièce laissait toujours un peu perplexe les anciens, même si ce n’était pas leur premier entrer. Le flots d’élève se divisa en quatre groupe. Un pour les Gryffondors, les Poufsoufles, les Serdaigles et les Serpentars. Melya s’assit à côté d’une de ses amies qu’elle c’est fait depuis qu’elle est au château. Quand tout le monde fut installé et les jeunes de première aligner devant la table des professeurs. La répartition se fit rapidement vu qu’il y avait peu de nouveau.

Lorsque celle-ci fut terminer, chaque directeur de maison se présenta et fit un petit discours concernant les règlements de l’école. Leur voix se faisaient confiantes même si le tons laissait parfois apparaître le doute. Ils croyaient que même cette année, ds meurtres allaient se produire dans l’école et dans le monde entiers.

Quand le charabia eu terminer, les élèves purent commencer leur repas que leur réservaient les elfes de maisons. Le repas terminer, chacun gagna son dortoir où à chaque année, Melya avait le même lit sur le bord de la fenêtre. Chaque banquet était pareil pour elle. Il ne s'y passait rien, elle ne faisait que mangé. Elle n'aimait pas rester assise à ne rien faire. Ce n'était pas à son habitude. Quand Melya gagna son dortoir, elle se dit qu'elle était chanceuse. Elle avait la fenêtre à côté de som lit!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Allie Stanford

Blonde, mais pas totalement stupide!
avatar

Féminin
Nombre de messages : 541
Age : 22
Localisation : Derrière toi! Bouh! J't'ai eu xD
Emploi/loisirs : Hahahahah xD
Humeur : À rire toute seule xD

Feuille de personnage
Année/Métier: 2ème année
Animal domestique: Picolo, son hibou
Pensée du moment:


MessageSujet: Re: [Septembre] Un premier banquet [ Ouvert à tous ]   Dim 19 Juil - 15:27

*Comment l'été a-t-il pu être aussi long?* se demanda Allie. Comme à chaque été, Allie était retourné chez sa famille. La bonne vie moldue, disaient-ils. Elle répliquait, comme toujours: la banale vie moldue. Elle n'aimait pas la vie moldue. Ils étaient toujours si incohérents, n'avait rien de spécial.

Comment ses parents ainsi que ses soeurs et demi-soeur pouvaient-ils aimés ce genre de vie. Car, et oui, ils l'aimaient. Cette idée en était intolérable pour Allie. Et puis, comment pouvaient-ils être aussi heureux depuis que son frère Marc avait été porté disparu, pour ainsi dire. Pas que ça la troublait vraiment, mais cela la faisait réfléchir sur quelques questions existentielles: pourquoi était-il mort? Qui l'avait tuer? Était-ce son futur, les mangemorts? Ou la très célèbre Dradra Jedusor, qu'elle rêvait de rencontrer? Était-ce parce que Marc s'était encore fourrer dans le pétrin avec Elizabeth, cette foutue "soeur"qu'elle détestait? Plusieurs questions pouvait être élucider par un simple "oui", mais d'autres restaient incomplètes, partielles.

Quand Allie appris qu'elle ne pourrait pas retourner à Poudlard, sa colère fut si immense que ses parents prient peur. C'était la première fois qu'elle perdait ses moyens à ce point. Ils ne la comprenaient plus. Elle dut rester quelques jours seuleselule, isolée du reste du monde, pour qu'enfin elle reprenne le fil de ses pensées. Ses parents aussi avaient réfléchi, et avaient décidé d'envoyer quand même leur fille à Poudlard, ainsi que les autres, car celles-ci ne voulait pas laissez la plus jeune face aux dangers qu'elle pourrait rencontrer à Poudlard. Un geste de solidarité, pensaient ses parents. Et s'était bien le cas. Mais Allie n'en voulait pas. Mais rien n'y fait. Elle était de retour à Poudlard, mais pas seule, comme elle l'avait espérer. Et non, elle avait toutes les autres filles derrière elle, car elle ne voulait pas être associer à elles, celles qui aimaient collaborer avec les Moldus. Elle se sentait épier, mais tant pis. Elle avançait vers la Grande salle, où se tiendrait encore une fois le fameux banquet de début d'année. Cela faisait la deuxième fois qu'elle y participait, mais elle se sentait déjà lasse de ce petit tour de passe passe pour rassurer et répartir les nouveaux élèves et leur donner confiance pour que ceux-ci n'est pas peur, pour qu'ils gardent fois et qu'ils pensent qu'ils vont survivre à un nouveau massacre. Les grandes portes s'ouvrirent et Allie se dirigea vers sa table. Enfin, elle ne serait pas encore suivi pas ses "soeurs". Elle les trouvait collantes, sur-protectrices. Elles avaient toutes peurs, depuis la mort de Marc. Mais pas Allie, car elle savait que, vu qu'elle serait bientôt dans le bon clan, rien ne pourrait lui arriver. Elle avait hâte de pouvoir intégrer les mangemorts. C'était son but dans la vie, et elle ferait tout pour y arriver, parole d'Allie.

Les premières années entrèrent enfin dans la Grande Salle. Ils semblaient tous émerveiller. Un sourire mauvais passa sur les lèvres d'Allie. Ils se pensaient en sécurité, mais ce n'était pas du tout le cas. Ils verraient la mort de proche, probablement, cette année. Qu'ils fassent attention, car elle était dans le coin.

Le choixpeau commença son hymne à l'espoir.


*Barbant, se dit Allie*

Qui pouvait bien avoir confiance? Ok, c'était une question stupide, car plusieurs sourires se firent sur le visages de plusieurs personnes autour d'elle. La chanson se termina, et le directeur, Fabius Warrington, lança son petit discours, en le terminant pas un applaudissement, qui fit apparaitre sur les tables le repas. En constatant cela, Allie se rendit compte qu'elle avait faim. Elle mangea, et quand quelques personnes commencèrent à monter vers leurs chambres, Allie fit de même. Elle en avait assez de cette mascarade.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://jerezdelafontena.forumactif.org/
Léa Jedusor Jackins

I do belive there is a reason why we are who we are...
avatar

Féminin
Nombre de messages : 808
Age : 24
Localisation : Devant mon Owdi!!
Emploi/loisirs : Gosseuse à templains / Gosser le monde
Humeur : Folle comme toujours^^

Feuille de personnage
Année/Métier: 11 ans (mars) 8 mois
Animal domestique: Aucun
Pensée du moment:


MessageSujet: Re: [Septembre] Un premier banquet [ Ouvert à tous ]   Mar 21 Juil - 7:45

Elle n’avait qu’une semaine à s’habituer à sa nouvelle vie. Bien tôt, les portes de Poudlard allaient s’ouvrir pour une nouvelle année et elle devait y participer. Les règles à sa mère. Elle ne pouvait même pas s’obstiner et dire qu’elle pouvait tout simplement tout apprendre en lisant les livres dans sa bibliothèque, mais non, il fallait obligatoirement qu’elle aille à l’école, pour sa réputation. Pour SA RÉPUTATION ! Il fallait qu’elle s’ennuie à entendre d’autre fille de son âge parler de tout et de rien la journée longue pour SA réputation. Que ce n’était pas juste. Elle aurait dès fois tellement préférer avoir une mère beaucoup compréhensible. Et non, elle devait vivre avec elle. Lentement, elle avait pris le linge, même pas encore porter, que sa mère le lui avait acheté la journée d’avant et le déposa dans sa valise tout neuf. Et puis, dans un autre, elle y mit tout plein de livre qu’elle avait réussis à sortir de la bibliothèque de sa mère. Il fallait avouer que c’était dure à faire, elle y était toujours et Dradra était tellement attentif, elle entendait tout ! Reste que, tandis qu’elle était parti acheté des choses à Pré-au-Lard, Léa avait sortit quelques bouquins pour la garder occuper pendant sa session à Poudlard. Elle était déterminée à ne pas être obligé d’entendre les autres. Paresseusement, elle prit les deux valises et les traîna vers la porte. De sa voix enfantin, elle leva la tête vers l’escalier et cria ;

« Maman, tu es sûre que je suis OBLIGÉE d’y aller ? »

Pas de réponse, ce qui voulait dire que oui. Portant sa face neutre, pour ne pas montrer aux autres qu’elle était plutôt écœurée de la situation, elle sortit de la porte suivit d’un homme qu’elle ignorait le nom. Apparemment il était supposé de l’accompagner jusqu’à la gare et puis e la rejoindre à Poudlard pour garder un œil sur elle. Dra’ croyais-tu vraiment qu’elle était assez idiote pour s’enfuir ? Pfft, elle était quand même plus intelligente que les autres. En plus, il fallait qu’elle aille l’air « famille » avec lui et il fallait qu’elle agisse comme c’était de la famille. Arg ! Tirant sur la porte en arrière d’elle et regard droit devant, observant les peu de marche qu’il y avait et la route vers la voiture. Ça semblait si long. Traînant ses pieds, elle suivit du côté gauche l’étranger en affichant plus d’expression de désespérassions sur son visage. Ça ne valait plus la peine maintenant. Le mangemort se pencha sur elle et prit sa valise remplit de livre. Il fit vite surpris par le poids, mais s’y habitua. Ce qu’il trouvait bizarre était comment un enfant de sa taille pouvait lever une chose comme ça ? Son petit secret. Elle embarqua dans la voiture comme une petite fée qui volait, si doucement et l’homme la suivit, mais beaucoup plus brusquement et en frappant sa tête sur l’ouverture de porte. Elle ne rit pas, ce n’était tellement pas drôle. Détournant son regard, elle observa le décor passer rapidement sous ses yeux. Tout passait trop vite.

En peu de temps, elle se retrouvait au gars, près à embarquer sur le train. Il fallait presque qu’il la pousse pour qu’elle puisse rentrer dans le train, elle n’avait tellement pas envie. Enfin quand il réussit à la convaincre à rentrer en lui contant qu’il y avait un nouveau professeur e potion super douer qui pourrait lui apprendre plein de nouveau truc qu’elle décida d’aller s’assoir. Peut-être ce n’était pas si pire aller à une école. C’était juste l’idée d’être pris avec des ignorants. Rentrant dans une cabine vide, elle barra les portes derrières elle avec un coup de baguette s’installa confortablement dans son siège tout en retirant un gros bouquin de sa valise. Plusieurs avaient essayé de rentrer dans sa cabine, mais elle les ignora et se mit dos aux portes. Ils n’allaient jamais pouvoir rentrer ici, qu’importe ce qu’il disait.

Seulement quelques heures après elle était à l’extérieur où plusieurs la regardait croche. Surement qu’il l’avait reconnue comme étant la petite qui prenait toute une cabine. Ça ne devait pas changer grand-chose là! Ce n’était pas comme s’il était beaucoup d’élève et qu’il fallait utiliser tous les places possibles. Ignorant les insignifiant, elle se retourna vers la forêt non loin d’elle et observa une silhouette humaine. C’était lui qui le regardait. Il fallait tu vraiment qu’il la suive ? Remettant sa tête dans son livre et continua sa lecture, même s’il y avait à peine de lumière. C’est alors qu’elle entendit la voix d’une femme. C’était Mandragora. Dradra lui avait parlé d’elle. Apparemment elle était très intelligente cette professeure. C’était plat qu’elle n’avait pas divination aujourd’hui. Refermant le bouquin, elle suivit le troupeau d’innocent vers les Poudlard. À des occasions, sa tête se retournait vers le côté pour regarder si l’autre y était. Jusqu’à ce qu’il arriva à les portes d’entré, il l’avait suivi, mais après, il avait disparue. Surement parti dire à sa maîtresse que Léa était arrivée enfin. Prenant une grosse bouffée d’air frais, elle mit pieds dans le vieux château et observa les murs en brique grise… C’était quand même fascinant, si on connaissait l’histoire de l’école aussi bien qu’elle, mettre pieds ici. Tout en gardant son air neutre, elle regardait le décor un peu déçue. Elle s’attendait à mieux. Avec patience, elle se mit en ligne pour aller voir le chapeau qui parlait, comme au zoo, pensa-t-elle. Quand ce fut à son tour, elle embarqua sur la chaise calmement et regarda la professeur dans les yeux, attendant le verdict.


« Eum.. Oui… Je vois, je vois… Tellement de questions, pas assez de réponse… A, les livres ? Surprenant… Hmmm… Le silence… Bon, j’ai décidé. Tu vas aller à SERDAIGLE ! »

Bizarrement, les autres élèves de cette maison ne semblaient pas aussi heureux d’avoir elle dans leur maison, peut-être était-ce à cause de son visage un peu trop… neutre. Reste qu’ils allaient vivre avec elle, qu’ils l’aiment ou non et c’était de même qu’elle. Ce soir, elle planifiait d’envoyer une lettre à sa mère pour lui dire la nouvelle. Surement, elle allait être déçue que ça petite fille n’est pas allé à Serpentard, mais ce n’était pas grave. Au moins elle n’était pas à Gryffondor. Son regard se retourna vers cette table, observant les élèves de ce côté… Tous des idiots bien sûr. Courageux, mais idiot ! Qu’importe, elle allait surement avoir de la compétition dans cette maison, un peu comme toutes les autres aussi. Son regard se retourna sur la table des Poufsouffles où une fille aux cheveux roses ressortait le plus et attira son attention. Certainement qu’elle n’avait pas de cerveau pour s’avoir teindu les cheveux d’une couleur aussi absurde. Pfft. Elle se retourna encore plus pour pouvoir observer la table des Serpentards. La maison qu’elle aurait du être dedans, pour sa mère. Une vois d’en n’avant attira son attention, c’était le directeur Fabius. Il était plus tôt mignon pour un auror, mais beaucoup trop vieux pour elle. Alors qu’il prononça son petit discours un peu ennuyeuse, elle se leva lentement de son banc, dérangeant les gens à l’entour d’elle, pas que ça lui dérangeait tellement et partit de la grande salle. Elle n’avait plus aucune raison d’être ici et elle ne voulait pas manger ce bouffe de porc.

¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯

{ Fait par moi =) }
Topic
Autre compte : Naomie Bellevédaire & Katrina Cokukaine
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://test-halia.forumactif.org/index.htm
Alicia Fëwen

Sixième année
avatar

Nombre de messages : 63

Feuille de personnage
Année/Métier: 16 ans
Animal domestique: Aucun
Pensée du moment:


MessageSujet: Re: [Septembre] Un premier banquet [ Ouvert à tous ]   Dim 2 Aoû - 16:54

Alicia marchait, confiante et sereine avec une de ses amies prénommée Claire. Petite et d’une chevelure blonde, les deux amies contrastait l’une et l’autre alors qu’elles passèrent ensemble la porte de la grande salle.

«Ils se sont surpassés cette année» , nota-t-elle à l’endroit de son amie, puis elle jeta un regard vers les longues tables et ne put réprimer un soupir, se demandant avec une pointe d’ironie s’il serait plus facile cette année de compter les sièges occupés que les personnes manquantes vu leurs nombres. Deux filles de griffondors lui lancèrent un signe de mains et Alicia se demanda si elle était sensée les connaitre tout en les saluant à son tour, question de politesse. « C’est qui ? » lui demanda Claire d’un ton presque dédaigneux. Alicia lui dit qu’elle n’en avait aucune idée et les deux filles eurent le fou rire jusqu’à ce qu’elles atteignent leur table.
Tout le processus habituel s’entama alors. Les nouveaux tout chétifs passèrent les grandes portes suivant presque religieusement la professeure de divination. Alicia songea s’en vraiment y croire qu’il n’y avait pas si longtemps, elle-même, avait été parmi les cadets. Un instant, elle se surpris à retrouver le sourire en redécouvrant la grande salle si belle et resplendissante. Malheureusement, même l’émerveillement et la joie des débuts à Poudlard ne pouvaient submerger, la peur et l’angoisse qui rongeait avec de plus en plus d’ardeur la vie et le moral des gens. La poufsouffle jeta un coup d’œil à sa table, la plupart du monde semblait prisonnier de leur pensé, ou même triste, certain observant avec inquiétude les sièges vides ou peut-être avait régit autre fois un ami. Le choixpeau se mit alors à son discours ce qui tira la fille de ses songes pour se tourner vers l’avant. L’espoir et la solidarité à l’approche des temps sombres semblaient le thème favori du chapeau défraichi. Alicia vit quelqu'un à la table des serpentards se retenir pour ne pas pouffer de rire. Elle n’était pas dupe elle-même et les belles paroles du choixpeau ne lui apportait en aucun cas de l’espoir ou quoi que ce soit du genre. L’histoire était loin d’être sa matière préférée, mais même elle, savait que peut importe le nombre de fois qu’on réussira à retrouver la paix, peu importe le nombre de sacrifices… *Les humains sont égoïstes et ça, ça ne changerait jamais.* Une boule se forma alors dans son estomac et elle eut un haut-le-cœur en pensant que les gens étaient prêts même à tuer pour arriver à leur fin, son point se crispa tendis que sous ses yeux elle revit la dépouille de ses parents gisant sur le sol de son salon. Une pression sur son épaule l’arracha à ses pensées. Comme si elle revenait de loin, un peu perdue, elle ne se rappelait déjà plus pourquoi elle s’était mit dans cet état. *Bon ça y est je deviens folle*constata-elle u sourire en coin.
«Ça va Alicia ? T’as vraiment pas l’aire bien là..»
Claire la fixait d’un œil inquiet, puis elle pointa en direction de la table des enseignants.
«Regarde le directeur va dire quelque chose»
Alicia fut contente que le discours du directeur fût bref, elle avait plus que hâte de noyer ses pensées dans un bon repas. Mais déjà, elle avait envie que le festin termine au plus vite pour retrouver un lit tiède, sa journée avait été longue.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chris de Roran

Cessez d’être candide: La vérité ment autant que le mensonge
avatar

Masculin
Nombre de messages : 727
Age : 23
Localisation : Québec^^
Emploi/loisirs : Zombifié o0
Humeur : Heureuuuux =D

Feuille de personnage
Année/Métier: 22 ans, professeur d'études des runes
Animal domestique: Aucun
Pensée du moment:


MessageSujet: Re: [Septembre] Un premier banquet [ Ouvert à tous ]   Mer 12 Aoû - 0:22

Troisième année à Poudlard, déjà. Celle-ci allait s’entamer dans peu de temps. Deux ans, c’était si vite passé. Parce qu’à la fois, en ces temps troublés, tout semblait aller trop vite, ou encore trop lentement. Comme si on s’amusait à jouer avec le temps. Une aiguille cassée dans une horloge, tiens. L’oiseau que l’on sent toujours sur le point de sortir, pour sonner chaque affrontement. On dit souvent qu’en temps de guerre, il faut se serrer les coudes, cependant… C’est souvent en ces moments que les gens montrent leur véritable nature, divergent de point de vue et qu’à la place de s’unir, se sépare. Et les chicanes ainsi que les batailles éclatent de plus belle. Alors, on se disperse et l’on devient vulnérable, à découvert. Bref, un monde pas trop paisible pour la plupart, stressant et inquiétant. Chris, pour sa part, trouvait qu’il s’agissait plutôt d’une période beaucoup plus intéressante que tout ce temps de paix qui s’était si confortablement installé depuis la fin de Voldemort. Non qu’il était heureux de tout ses meurtres, bien au contraire, ça le rendait malade que tant d’enfants innocents meurs…. Toutefois, vivre durant ces périodes avait quelque chose de distrayant, avec ce risque de mourir qui cours les rues et qui vous guettent constamment peu importe votre appartenance.… Chaque jour que le mal progresse, la vie ne devient que plus précieuse. Alors, on apprend à vivre pour de vrai… Il y a dans cela quelque chose de … fascinant. Le bilan de ses deux dernières années à Poudlard semblait soudainement étrangement dépourvu d’évènements alors que pourtant, c’était loin d’être le cas. Il ne s’agissait qu’à penser au fait que deux personnes avaient l’avait poussé à voir sa propre mort de tout près, deux sorcières se révélant pourtant à être lié à lui, en quelque sorte. Ces deux femmes qui se détestaient mutuellement, haine qu’elles partagent au-delà même de leur clan d’appartenance, avaient joué d’importants rôles autour de lui. La première lui avait permis de mettre à exécution la vengeance qui depuis trop d’années déjà sommeillait en lui, ne demandant que d’être accomplie. La deuxième l’avait sauvé de sa propre perte suite au fameux drame familiale des De Roran, car curieusement Chris était tombé en amour… Curieusement, car malgré son côté romantique, ce dernier avait tout d’un solitaire. Il avait toujours aimé flâner seul un peu partout, dans la nature et découvrir, marcher vers l’inconnu sans avoir de destination précise. Il aimait n’avoir que lui à s’occuper pleinement, non parce qu’il était égoiste, mais parce qu’il aimait être indépendant. Pourtant, il appréciait tout autant les nouvelles rencontres où le mystère de chaque invite intrigue. Et dans les soirées de bal des lieux, il avait eu la possibilité d’approches auprès… d’énigmatiques personnages. L’enceinte de Poudlard avait quant à lui le curieux effet d’attirer les plus insolites d’entres eux... Il était rare d’être sans histoire en ces lieux et tous, plus cachotier les un que les autres, avait leur propre couleur.

Cette année, voilà ce que souhaitait le directeur des Serpentards, découvrir, cerner et fureter quelque peu les mystères des gens tout aussi intriguant que les lieux mêmes de Poudlard. Malgré déjà ces deux dernières années passées au château, le professeur d’étude des runes était loin de connaître tout le corps enseignant pour le moins particulier. Les décès parmi leurs rangs étaient presque rendus normal et peu d’entre eux voulait se risquer à revenir. Toutefois, les nouveaux venus ne semblaient que plus étranges encore. Comme ce nouveau professeur de potion par exemple, prenant le rôle d’Ely, qui elle de tout évidence ne pouvait reprendre sa fonction… Chris se rappelait clairement la nuit où lui-même et Mandragora avait retrouvé le corps de celle-ci suspendu dans son propre bureau. Meurtre, de toute évidence. Cependant, il avait tout pour croire que contrairement à ce que l’on croyait, celle-ci ne s’était jamais présenté au bal d’Halloween… Parce que celle qu’il avait cru être le professeur de potions, il l’avait revu de nouveau quelques temps après, au bal masqué de Londres. Des yeux comme ceux-ci tels des émeraudes ne s’oublient guère facilement. Même ses pas de danse concordaient… Bref, dans les parages, les surprises étaient le quotidien en quelques sortes.

La plus grande partie de son été, il l’avait passé en Italie. Un vieil ami seul de Carlisle, sachant le neveu de celui-ci passionné d’histoire et de culture ainsi que connaissant sa soif de savoir, avait bien accepté de l’héberger chez lui durant quelques temps. De toute façon, d’une autonomie presque totale, Chris ne faisait qu’une bonne compagnie dans ce grand domaine pour l’homme solitaire aux cheveux grisonnants. À son arrivé, le professeur d’étude des runes avait tout pour se réjouir qu’à la simple visite de cette grande demeure à l’architecture, de toute évidence, italienne et ce, des meilleurs du pays. Son domaine était vaste et sa maison assez grande pour héberger au moins cinq à six personnes dans un grand confort. Sur deux étages, la demeure contenait quatre chambres ayant chacun leur propre salle de bain. La cuisine était de rêve pour un cuisinier et le salon, aménagé en deux parties, était ouvert au deuxième étage, un escalier en courbe le reliant à l’étage supérieur. De plus, la maison donnant sur un fleuve, tout l’arrière de la maison était vitré et la vue par le fait même était d’une beauté incomparable. Malgré ce bel environnement quotidien, le vieil homme lui avait dit comme il était parfois blasé d’y vivre seul, alors qu’autrefois il avait passé du si bon temps avec sa femme et leurs trois enfants ici-même. Chris avait rapidement appris à apprécier cet Italien riche en souvenirs. Et il y avait dans ces histoires, cette manière de raconter qui ému même le plus insensible. Les soirées autour d’un bon souper ou près du feu s’étendaient jusqu’à tard dans la nuit, avec ses éclats de rire et ses moment de sérieux. Les deux hommes malgré leur différence d’âge avaient de quoi développer une empathie unique l’un envers l’autre et ils partagèrent les deux, durant cette belle saison, leur passé et leur vécu. Chris après quelques temps fini même par réussir à l’inciter à le suivre pour le reste de son voyage. Ses quelques semaines furent enrichissantes autant pour l’esprit que pour l’âme ainsi que le cœur et le professeur d’étude des runes en revînt avec une énergie renouvelée.

Assis à la suite de sa sœur, Chris se sentait confiant face à cette nouvelle année. Le discours du choixpeau magique étant toujours le même; les élèves s’approchant un à un de celui-ci, tous quelques peu terrifié; le peu d’étudiants à chacune des tables, rien ne l’inquiétait réellement. Il se sentait à l’aise dans cette atmosphère, contrairement à la plupart sans doute. Il ne trouvait même pas cela déprimant, mais plutôt comme un mystère qui ne faisait que continuer. Et tant qu’il y aura du mystère et quelque chose à découvrir, rien ne sera totalement dénué d’intérêt. Mandragora semblait bien égale à soi-même. Fabius avait toujours fière allure. Quant à Naomie, il avait bien le goût de la serrer dans ses bras et la sentir contre lui. L’été les avait séparés, ce qui rendrait sans doute plus agréable le moment où ils serraient de nouveau réunis et seuls ensemble. En attendant, Chris n’attendait que le festin ne commence, auquel il avait bien hâte de toucher.


¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯


Now, it's time to live...



Mercii Dra', tu es super ^^

¤ Sujets en cours ¤

Chris de Roran



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: [Septembre] Un premier banquet [ Ouvert à tous ]   

Revenir en haut Aller en bas
 

[Septembre] Un premier banquet [ Ouvert à tous ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Nouvelle Époque :: 
Rez-de-chaussée
 :: 
Grande salle
-
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Signaler un abus | Forum gratuit